Interview : Arnaud Maichac et Nicolas Verinaud aux Xamarin Dev Days


Durant les Xamarin Dev Days à Strasbourg, nos Sfeiriens Nicolas et Arnaud nous ont parlé de Xamarin Forms et d’Azure mobile Apps. Ils nous donnent un aperçu des opportunités qui s’offrent aux développeurs.

 

Hello Arnaud et Nicolas, pouvez-vous vous présenter ?

Arnaud : Je suis Arnaud Maichac, team leader au sein de SFEIR EST. Je suis aussi développeur .NET sur tout l’écosystème Microsoft. Que ce soit du web, au mobile en passant par du client lourd.
Je suis le co-fondateur du Microsoft User Group. Il y a des animations et un rendez-vous mensuel, à propos notamment, de l’écosystème Microsoft.
Prochainement on organisera une conférence autour de Docker, ayant été intégré à Windows Server 2016.

Nicolas : Je suis Nicolas Verinaud, développeur .NET. Je travaille avec Arnaud avec une spécialisation iOS. Je développe sur  Java sur Android, sur de l’objective C, du Swift sur iOS et du C#. Enfin, je suis aussi formateur et speaker.

 

Pourriez-vous nous parler plus en détail de Xamarin ?

Arnaud : C’est un framework qui augmentera, selon moi, la productivité des entreprises, si elles développent des applications sur des OS mobiles. S’ils ont des développeurs C#, pourquoi ne pas investir sur Xamarin et développer des applications mobiles, via un langage commun ?
Cela évite la multiplication de la même logique de code sur les différentes plateformes. Si un bug survient sur une application mobile, sur une approche par silo, on corrige sur l’ensemble des applications mobiles.

Nicolas : Et par rapport à Xamarin Forms, la solution est très séduisante pour ceux qui savent déjà faire du C#.  Sans oublier ceux qui veulent proposer des solutions sur les plateformes mobiles majeures telles qu’Android et iOS.

 

Peux-tu nous en dire plus concernant les possibilités qu’offre Xamarin Forms ?

Nicolas : Avec Xamarin Forms, on peut faire une application très riche. C’est très prometteur et c’est un des meilleurs langages selon moi. Le C#, le F#, restent des langages de choix, par rapport au Swift, au Java, au Javascript…
Ainsi, on peut faire des applications robustes et professionnelles. De grandes équipes peuvent travailler facilement sur ce langage. D’ailleurs, il est possible d’y faire de l’intégration continue. Cela peut aller du test cloud, jusqu’à effectuer un monitoring des applications, aux crash etc.

 

Quel est l’avantage de Xamarin par rapport aux autres outils ?

Nicolas : Je pense que Xamarin a un avenir. Au vu de l’essor du mobile, ce n’est pas prêt de s’arrêter. Mais les gens n’ont pas forcément les moyens ou l’envie d’avoir 2-3 bases de code avec le serveur. Et c’est la problématique à laquelle Xamarin répond.

Des solutions comme Java Script ne proposent pas une aussi bonne expérience utilisateur. De plus, ils ne produisent pas des langages d’un niveau professionnel satisfaisant, selon moi.
Xamarin a une vrai carte à jouer, d’où des événements comme aujourd’hui pour le faire découvrir.

Arnaud : L’avantage c’est qu’il y a un socle commun entre les 3 plateformes. Ça permet de partager le code, mais on peut aller plus loin. Par exemple, si on a une application tournant avec Xamarin, peu importe l’OS mobile, on a déjà une base commune de code. Ainsi, pourquoi ne pas l’élargir via un Back Office qui sera écrit en DOT NET ?

 

C’est ce qu’offre Azure Mobile Apps non ?

Arnaud : Azure offre des possibilités pour créer et partager davantage de code entre l’application mobile et le Back Office. Azure Mobile Apps offre aux développeurs un certain nombre de fonctionnalités, lui permettant de gagner du temps. Ainsi, avoir une base commune de code, permet d’accroître sa productivité niveau développement.
Par contre, Azure est plutôt destiné aux développeurs ayant un profil mobile.

 

Pouvez-vous nous citer un exemple de ce que permet de faire Azure ?

Arnaud : On va prendre l’exemple des notifications push. Via cela, on a plus à se soucier de la manière ou du format permettant l’envoi de notifications mobiles. Avec un identifiant et un mot de passe, on peut envoyer des notifications sur une plateforme très facilement.

 

Pour les développeurs travaillant via cette plateforme, ça offre encore plus de possibilités non ?

Arnaud : Oui, les développeurs connaissant C# pourront toujours développer dans l’environnement et avec les outils qu’ils connaissent. Des applications mobiles, aux plateformes où l’on utilise Java, du C ou encore du Swift.
Xamarin étant devenu Open Source, ça attire de plus en plus de monde. Une communauté se créée, comme je l’avais annoncé précédemment dans le SFEIR Mag : (build 2016 : SFEIR décortique l’événement phare de Microsoft)

 

Enfin, auriez-vous un petit mot pour nos lecteurs du SFEIR Mag ?

Arnaud : Ce serait la phrase : “ C’est le meilleur moment pour être un développeur .NET”

Nicolas : « Intéressez vous à Xamarin, regardez autre chose que JavaScript, ne perdez jamais l’envie d’apprendre »

Merci Nicolas et Arnaud, à très bientôt !

Vous aimerez aussi...