Datadog : Docker, l’essayer, c’est l’adopter !


Datadog nous propose des informations intéressantes pour répondre à ces questions. En effet, Docker, tout le monde en parle et veut l’utiliser. C’est clairement la technologie la plus en vogue du moment. Mais difficile d’avoir une idée claire sur qui l’exploite réellement et de quelle manière.

Datadog nous propose des informations intéressantes pour répondre à ces questions. En effet, de par son positionnement en tant que service de surveillance d’infrastructure, ils ont une vue en temps réel sur les technologies déployées par leurs clients, dont Docket. Dans cet article, ils nous présentent 8 faits, plus au moins étonnants, basés sur les données récoltées. Analysons-les !

L’Adoption s’est accélérée en un an

Jusqu’ici, rien d’extraordinaire ! On sent bien que Docker a le vent en poupe, mais Datadog nous le confirme via des chiffres : 1,8% d’utilisateurs en 2014, 8,3% en 2015, donc 5x plus en 12 mois ! Pas mal, non ?

Docker déployé sur 6% des machines monitorées

Deuxième fait, Datadog nous informe que Docker est déployé sur 6% des machines qu’ils surveillent. Isolé, ce chiffre semble faible, mais Datadog confirme que dans l’ensemble des technologies sous surveillance, c’est loin d’être insignifiant.

Les grandes sociétés sont les premières à adopter Docker

On aurait tendance à croire qu’une technologie comme Docker est plus facilement adoptée par des petites structures que par de grosses sociétés possédant des centaines de serveurs. Raté ! C’est sûrement le fait le plus étonnant que remonte Datadog : l’adoption de Docker est plus importante chez les gros clients que chez les petits.

Une adoption importante

D’ailleurs, quand une société essaie Docker, elle finit souvent par la garder.
C’est le cas des 2/3 des clients de Datadog.

Les utilisateurs triplent leur nombre de conteneurs en 5 mois

Non seulement elles l’adoptent, mais elles confirment leur choix rapidement. La tendance pour les sociétés de taille moyenne serait de tripler leur nombre de conteneurs en production en l’espace de 5 mois.

Les images les plus utilisées sont ..

L’image la plus déployée est la registry Docker, suivie par Nginx comme serveur HTTP (loin devant Apache Httpd apparemment) et Redis. Dans le top 10, on retrouve également les bases de données NoSQL (MongoDB) ou SQL (Mysql et Postgres).

Un fait intéressant également concerne les images construites par les clients, qui se basent le plus souvent sur Ubuntu.

4 conteneurs à la fois

Au niveau du déploiement des conteneurs sur une machine, la tendance serait de faire tourner 4 conteneurs sur chacune d’entre elles.

Les VMs ont un cycle de vie 4x plus long que les conteneurs

Pour les clients qui utilisent des VMs et des conteneurs, la durée de vie moyenne d’une VM est 4x plus longue que celle d’un conteneur : 12 jours contre 3 jours.

Nous pouvons donc en déduire que Docker est utilisé dans un cadre de déploiement continu.

Une tendance claire

Ces chiffres parlent d’eux même, et prouvent que l’intérêt de Docker n’est pas que théorique. Cependant, il faut les relativiser, car ils se basent sur une population qui a déjà choisi Datadog, et qui est donc ouverte à des solutions de SaaS.

Je serais curieux d’en savoir un peu plus, pour connaître l’adoption par domaines métiers, ou encore une répartition géographique.

Vous aimerez aussi...